Colibri

4.6 K Vues

Les deux frères

Vous lisez  le conte n°      

 


Maro le pécheur et sa femme Hoby vivaient heureux au bord de la mer. Ils n'étaient pas riches, mais ils avaient toujours de quoi manger, car Maro rapportait de bons poissons. Un beau jour, un bébé naît dans la cabane du pêcheur. Ses parents étaient très heureux et l'appelaient Tsiaro.

Un matin, Maro partait à la pêche. Et que voyait-il dans la crique, juste devant chez lui ? Un bébé dauphin ! Celui-ci était tout seul. II paraissait triste et faisait doucement "couiii couiii". Maro pensait : « On dirait qu'il pleure. Sa mère doit être morte. »

- Pauvre petit, murmurait le brave homme, tu n'as pas l'air en formes. Attends-moi je reviens ! 

Vite, le pécheur courut jusqu'à sa cabane pour demander à Hoby un peu de lait et de la bouillie du bébé pour le petit dauphin.

- Bien sur ! dit sa femme. J'emmène Tsiaro et je viens avec toi !

Maro et Hoby rejoignaient le dauphin et lui donnaient à manger. Mais celui-ci avait toujours l'air aussi malheureux. II frottait son nez contre la main du pécheur.

- On dirait qu'il a surtout besoin de caresses, dit Maro.

En effet, dès qu'ils s'éloignaient, le bébé dauphin se mit à gémir. Alors, pour qu'il ne se laissât pas mourir de chagrin, Maro et sa femme se relaient nuit et jour auprès de l'animal. Ils le nourrissaient, le câlinaient, lui chantaient des berceuses, comme ils le firent pour leur petit garçon.

La nuit, le pêcheur dormit sur le sable au bord de l'eau. Et le jour, c'est sa femme qui tenait compagnie au bébé dauphin avec Tsiaro dans les bras. Le dauphin les accueillait en chantant. L'enfant adorait venir le voir et, peu à peu, le dauphin reprenait goût à la vie. Le pêcheur décida de l'appeler Levelo. Bientôt, le brave homme pouvait à nouveau dormir chez lui, car le dauphin avait pris l'habitude d’aller se reposer contre sa barque, comme si celle-ci le protégeait.

L'après-midi, Levelo jouait dans l'eau avec Tsiaro pendant des heures. Si bien que le dauphin et l'enfant devinrent comme des frères. 

Quand Tsiaro commençait à aller à l'école, Levelo partait à la pêche avec Maro. II filait devant son bateau et lui montrait où trouver les meilleurs poissons. Levelo aimait aussi rentrer au port avec le pêcheur. C'était un endroit si joyeux !

Et puis, les villageois venaient admirer le gentil dauphin qui chantait et faisait des cabrioles.

Les années passaient. Un jour, Maro tombait malade et il ne pouvait plus aller pêcher. Tsiaro était très inquiet pour son père. Alors, il allait au port voir son dauphin et lui racontait ses malheurs en pleurant. Levelo l'écoutait. Mais quand l'enfant relevait la tête, son fidèle ami avait disparu...

Tsiaro ne comprenait pas. II avait attendu longtemps. Le soir arrivait et Levelo n’était toujours pas revenu.

Tsiaro avait peur de ne plus jamais le revoir. II appelait « Levelo ! Où es-tu ? »

Mais personne ne répondit. Le garçon finissait par rentrer chez lui. Et qui voyait-il dans la crique ? Levelo ! Son dauphin l'accueillait avec des sifflements joyeux. II avait rapporté des poissons, plein de poissons pour Tsiaro et ses parents !

Du bout de son nez, il les poussait vers la plage. À sa façon, il remerciait ceux qui l'avaient si bien soigné, aimé et nourri.

Le petit garçon s'écriait :

- Merci Levelo ! Merci mon frère ! Et il embrasse le dauphin sur la tête.

Tsiaro rentrait à la maison les bras chargés de poissons. Ses parents étaient si contents qu'ils décidaient d'aller les faire griller sur la plage, pour être tout près de Levelo.

Peu à peu, le Père de Tsiaro fut guéri de sa maladie, mais il devint trop vieux pour partir en mer. Heureusement, grâce à Levelo, sa famille fut bien nourrie.

Un jour Tsiaro prit la barque de son Père pour aller pêcher et bien sûr Levelo, son fidèle ami, l'accompagna sur la mer.


-- Colibri --



Les autres contes du même auteur

Vous devriez aussi aimer